Exposition Hors les murs de Beatriz Guzman Catena

Vous êtes cordialement invité(e) à la nouvelle exposition groupe intitulée

"Urbanité" du 8 septembre au 24 octobre 2020

à l’Espace d'art Chaillioux, 7 rue Louise Bourgeois, 94260 Fresnes 

 

Vernissage le samedi 19 septembre à 15h. 

 

Le Trésor de la langue française, référence absolue pour notre langue, donne deux définitions pour le mot Urbanité :

A. Manière civile des anciens Romains […] ; par extension, politesse fine et délicate, manières dans lesquelles entrent beaucoup d’affabilité naturelle et d’usage du monde.
B. Caractère de ce qui fait une ville […].

C’est, bien évidemment, dans le second de ces sens que notre exposition s’inscrit. Cependant, nous avons sélectionné six artistes qui tentent de caractériser la ville en usant de cette affabilité qui relève de la définition A. ci-dessus.

Mamadou Cissé, longtemps Fresnois, nous propose une vision aérienne de villes utopiques, géométriques, vivement colorées, luxuriantes, quasiment baroques. À l’opposé, Julien Cresp se penche sur la déréliction de sites industriels urbains désaffectés, mais toujours imprégnés d’une présence humaine, fût-elle apparemment manquante. Beatriz Guzman Catena fait s’interpénétrer le milieu urbain et les intérieurs domestiques, brouillant ainsi les notions d’intérieur et d’extérieur, de domaine privé et d’espace public. Jean-Marc Besacier géométrise la cité. Thierry Gilotte en construit des modèles réduits, en bois. Camille d’Alençon s’intéresse à des aspects cachés de la ville, souvent nocturnes, montrant que la cité continue à vivre quand la plupart de ses habitants sommeillent.

Diplômée en architecture à Buenos-Aires, Beatriz Guzman Catena est devenue plasticienne, mais ses compositions doivent beaucoup à sa formation initiale. Dans ses peintures, elle nous propose de grands espaces, solidement charpentés, mais rendus instables par l’intrusion de couleurs acidulées. Ils se présentent comme des scènes d’un théâtre où se joueraient des drames ou des comédies fortement ancrées dans le souvenir. La question posée est celle de la construction de la réalité et de ses lectures ou interprétations multiples ou changeantes. Dans la série de toiles présentées dans cette exposition, le monde domestique, réel ou fantasmé, et la présence urbaine s’interpénètrent dans une approche kaléidoscopique et joyeuse qui rend difficile l’identification de ce qui relève de la sphère privée et de ce qui appartient au monde de la ville. L’intérieur et l’extérieur fusionnent, comme si les individus figurés s’appropriaient leur vision de la cité pour l’intégrer à leur histoire personnelle, des micro-narrations, parfois hallucinées, qui invitent à un voyage, tout aussi géographique que mental, et finissent par contaminer la totalité de la surface picturale. Tout ceci, sans la moindre agressivité mais pour « un long trajet où les choses léguées, ces importants contenants culturels, vont lier les souvenirs passés au présent pour calquer les uns sur l’autre. De cette manière les résonances lointaines seront déposées sur des nouveaux territoires, tels des pigments balayés, venant s’insinuer dans notre présent... »

Newsletter / Nous contacter

Membre du Comité Professionnel des Galeries d'Art

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux...

logo artsper.png
    • YouTube
    • Instagram
    • Facebook
    • Twitter

    Galerie CHARRON - Galerie d'art contemporain

     

    - Siège 4 avenue des Jonchères 78121 Crespières - France -

    All right reserved ©2020Galerie Charron 

    Tous droits de reproduction, de diffusion, de copie sont soumis au respect des droits d'auteur et à l'autorisation de Galerie Charron.